Actualités 2020

📌 Reims – Projet Terrasolis – LigerBioconcept

Kivaldi est ravie d’accompagner Terrasolis dans son projet de Centre d’excellence en énergies renouvelables sur le territoire Grand-Est. Terrasolis sera également accompagnée par Liger BioConcept sur ce même projet pour la mise en place d’un hub énergétique KarrGreen avec distribution de BioGNV de territoire et d’électricité verte. 

🤝 Partenaire de vos réflexions stratégiques et accélérateur dans la mise en place de votre ingénierie financière et de vos financements, les équipes Kivaldi vous accompagnent dans vos projets du futur !

📰 Petites Affiches Matot Braine | Région Grand-Est

#bioeconomie #bascarbone #energiesrenouvelables #transitionénergétique

Archives 2017-2019

                                                  

Acteurs des territoires (industriels, coopératives, collectivités, agriculteurs, ….) : impulser une démarche utile à vos territoires avec des SAS Karrgreen appartenant à des acteurs de vos territoires, c’est possible et facile.

Toutes les équipes Kivaldi sont mobilisées pour accompagner le déploiement des 100 stations Karrgreen en France ! N’hésitez pas à solliciter des infos.

Déjà de très beaux exemples en Bretagne, en Grand Est, en Rhône-Alpes, ….

Voir l’article de presse de l’Ardennais ici 

Évènement au Club ForumEco pour un échange sur les conséquences de la crise 2008 et le risque d’une rechute de l’économie mondiale.

Kivaldi participait le 20 novembre 2018 au colloque organisé par le Matot Braine, durant lequel était invitée, Catherine Karyotis, Professeur de finance de marché à Neoma Business School. Ce colloque était l’occasion d’apporter des précisions pour les dirigeants des PMEs et des ETIs sur l’économie réelle et le financement des entreprises.

Les règles du jeu ont profondément été modifiées suite à la crise de 2008, et les nouvelles règles prudentielles imposées aux banques ne simplifient pas le financement des entreprises.

Il est toutefois nécessaire de rappeler que les fondements de l’économie récente s’appuyaient sur des éléments essentiels aux équilibres, à savoir des taux d’intérêt, de l’inflation et de la croissance.

Nous pouvons constater qu’actuellement, les taux d’intérêt sont négatifs, la croissance est faible et l’inflation modérée. En France, les taux d’intérêt négatifs résultent essentiellement d’un soutien fort de la Banque Européenne pour soutenir l’économie.

Catherine Karyotis a partagé une vision macro-économique fragile –vision commune à de nombreux avis partagés dans la presse économique– sur le niveau de la dette des entreprises privées américaines, sur le shadow banking « la finance de l’ombre », sur le niveau « astronomique » de la dette publique au niveau mondial, …

En 2008, la « crise » a surpris le monde des entreprises par sa soudaineté et sa force incroyable. Qui n’a pas en tête des pertes de chiffre d’affaires de PMEs ou d’ETIs de 20%, 30%, voire plus de 50 % ? Comment résister à cela ?

En France, l’Etat a mobilisé fortement BPI France (ex-OSEO) pour garantir les prêts bancaires aux entreprises et permettre de sauver de nombreuses entreprises, donc de nombreux emplois et savoir-faire.

Pour autant, le risque d’une nouvelle crise est bien réel, sous quelle forme, à quel horizon de temps, sera-t-elle une crise financière, … ?

Ce qui est certain, c’est que nous vivons dans un monde en mutation accélérée. Est-ce la conséquence de la mondialisation, d’internet, des nouvelles technologies, … Les changements sont rapides et les habitudes entre entreprises peuvent vite être remises en cause, tels que le déréférencement, la perte d’un marché lié à une nouvelle technologie, …

Ces 10 dernières années, de nombreuses technologies ont émergées malgré ces mutations (impression 3D, numérique, e-commerce, …) et de nombreuses entreprises ont réalisé des croissances fortes avec de nouveaux modèles économiques (Amazon, Blablacar, Uber, Tesla, October, …). C’est positif, ça confirme que la croissance est possible même en période de mutation.

Alors quels conseils donner pour les dirigeants de PMEs et d’ETIs et l’économie réelle ?

Plus que jamais, les dirigeants doivent avec leurs équipes imaginer « leur entreprise du futur », en projetant leur écosystème dans le futur : quels services, quels produits, quelles valeurs ajoutées, avec quelles équipes, quelles compétences à acquérir, quelles innovations travailler, quels marchés, comment se développer à l’international, comment fidéliser ses équipes, comment attirer de nouveaux talents, …

La conséquence d’une structuration « Projet Entreprise du Futur », c’est de préparer une ingénierie financière robuste et de mener une profonde réflexion sur les financements adéquats pour financer le projet global tout en gardant des marges de manœuvre afin de saisir des opportunités.

Pour de nombreuses entreprises, les financements se limitent aux fonds propres, aux prêts bancaires et aux aides publiques. Ces dernières années, des solutions nouvelles sont apparues comme les obligations ou dettes privées, le crowdfunding, le factoring, le factoring inversé, les financements BPI Innovation, l’export, les financements de la Banque Européenne d’Investissement, …

Le financement d’une entreprise résulte souvent d’une succession de financements adaptés au moment où ils ont été mis en place. La question à se poser aujourd’hui est différente : la structure de financement de l’entreprise est-elle adaptée par rapport au nouveau projet d’entreprise dans un monde incertain ? Permet-il de mieux résister le cas échéant ? Permet-il de continuer à innover, à se développer, à recruter, à former, à saisir des opportunités d’investissement, …

Chez Kivaldi, nous sommes optimistes et mesurons que malgré ces changements accélérés, les structurations de « projet du futur » pour une entreprise sont un formidable levier pour repenser avec toutes les équipes, des projets solides pour affronter positivement le monde de demain. Notre équipe se mobilise chaque jour avec passion pour aider les entreprises et leurs dirigeants à structurer des projets de croissance et travailler des ingénieries financières sur-mesure en privilégiant le long terme sur le court terme.

 

Clément Brochon, Fondateur de Kivaldi

Les équipes Kivaldi sont fières d’avoir accompagnées Hervé Balusson et ses équipes dans la structuration d’un financement avec la Banque Européenne d’Investissement pour accélérer les développements en recherche et développement du programme « SAGA – Sans antibiotique Grâce aux Algues » et des programmes sans pesticide.

Avec un financement de 30 M€, l’Europe à travers la Banque Européenne d’Investissement s’engage en faveur d’une agriculture nouvelle et respectueuse de l’environnement, des hommes, des animaux, des plantes et des générations futures et fait confiance aux Algues et aux résultats déjà obtenus par Amadeite pour aller plus vite et plus loin.

Ce financement s’inscrit dans le cadre d’une ingénierie financière avec des partenaires de premiers rangs et notamment Novi 2 avec les équipes d’Idinvest, de Zencap, de BPI France et de Lendix.

Sur la photo, Hervé BalussonPrésident Fondateur d’AmadeiteAmbroise FayolleVice-Président de la BEIles équipes de la BEI et de Kivaldi lors de la remise d’un prix à Hervé Balusson à la BEI.

Et dans la main des 2 présidents, le livre du « Breizh Algae Tour » avec les photos de l’édition du 11/09/2017 à Brehan devant plus de 600 participants.

Merci les Algues !

Les équipes de Kivaldi ont eu le plaisir de travailler le 29/03/2018 avec les équipes de BPI France sur la thématique des « Protéines Marines du Futur » chez Olmix Group.

Hervé Balusson, Président Fondateur d’Omix Group, et ses équipes ont été sollicités par BPI France pour que cette journée puisse se tenir à la Breizh Algae School et ainsi comprendre comment et pourquoi OLMIX Group est si avancé sur ce sujet avec son programme « Sans Antibiotique Grâce aux Algues ».

C’était également l’occasion d’échanger sur les relations entre les ETIs et les jeunes entreprises d’un écosystème construit par Hervé Balusson et son équipe sur la filière Algues.

Le CJD Centre Bretagne (Centre des Jeunes Dirigeants) et ses 25 dirigeants ont sollicité Clément Brochon, Président Fondateur de Kivaldi, pour animer une conférence sur « Ingénierie Financière des Entreprises du Futur ».

Cette soirée a été l’occasion d’aborder l’innovation, la croissance, le développement international, l’Europe au service des entreprises, l’ingénierie financière, les levées de fonds selon les typologies d’entreprise et les projets à financer…

Avec bien entendu un bel exemple à suivre avec l’ingénierie financière déployée pour Amadeite avec la BEINOVI2ZencapBPI FranceLendix… et bien sûr des banques.

Très intéressant de voir le dynamisme des dirigeants du CJD en Centre Bretagne.

Merci à la Breizh Algae School, à Hervé Balusson et les équipes OLMIX Group pour cette très belle soirée et pour le repas au Sans Antibiotique Grâce aux Algues !

 

Pour mettre en oeuvre son projet global « HealthSea foodTech », le Groupe Amadeite, conseillé par les équipes de Kivaldi, a structuré une ingénierie financière globale avec un financement de plus de 70 M€.

A lire : le dossier « Olmix innove avec les algues » paru dans le mensuel Nouvel Ouest – Octobre 2017:

Soutien de l’Europe

Olmix – Group du Futur

Breizh Algae Tour 2017

2020 – Dindes sans antibiotiques

Kivaldi a réalisé une ingénierie financière du Futur pour le groupe AMADEITE, ETI française en forte croissance.

La mission confiée à Kivaldi à consister à accompagner les dirigeants du groupe à identifier et à structurer les financements utiles tant pour financer la croissance organique du groupe que pour accompagner les besoins pour d’éventuelles croissances externes.

Après une phase de compréhension et d’analyse, Kivaldi a proposé une approche  innovante et robuste avec une levée de fonds cumulée de plus de 70 M€ avec des financeurs de premiers rangs, et notamment la Banque Européenne d’investissement, le fonds NOVI 2 géré par IDINVEST PARTNERS, le fonds ZencapBPI France et la plateforme LENDIX (plateforme N°1 en Europe de financements aux PMEs par des particuliers).

Le 11 Septembre 2017, Kivaldi a participé au Breizh Algae Tour 2017 durant lequel le financement du projet par la Banque Européenne d’Investissement a été signé par Hervé Balusson, Président du groupe, et Ambroise Fayolle, Vice-Président de la BEI.

Tous les co-financeurs étaient présents et ont mis en avant les raisons de leur fort soutien au groupe AMADEITE.

Après un premier financement structurant réalisé pour AMADEITE en avril 2017, l’équipe KIVALDI accompagne une nouvelle fois le groupe AMADEITE pour une levée de fonds totale de 23 M€ avec le fonds NOVI 2 et le fonds Zencap ETI.

L’ingénierie financière proposée par Kivaldi permet au management d’AMADEITE d’accélérer la croissance organique et d’acquérir le groupe PRP Technologies, et ainsi renforcer sa  position de leader sur les solutions sans antibiotiques et sans pesticides tant pour l’animal care que pour le plant care en France et à l’international.

 

 

 Spécialiste de l’ingénierie et de la communication  financière des projets « Entreprise du Futur », l’équipe de KIVALDI a bouclé le financement des projets de croissance organique pour le groupe AMADEITE, ETI française en forte croissance.

Innovations de rupture, investissements immobiliers et mobiliers, développements à l’export, investissements humains : Pour permettre au management d’AMADEITE d’avoir une vision long terme, l’équipe KIVALDI a étudié la mise en place d’obligations convertibles et travaillé avec les équipes d’Idinvest en charge du fonds NOVI 2 qui a souscrit à un emprunt obligataire de 12 M€ signé par le groupe AMADEITE.

Présentation du Groupe Amadéite :

Le Groupe AMADEITE est une ETI innovante, leader dans les biotechnologies marines. Il a développé des pôles d’activités complémentaires :

  • L’Animal Care est une division du groupe focalisée sur les solutions pour le bien-être, la santé et l’alimentation animale.
  • La Plant Care est une division spécialisée sur la nutrition des plantes à base de solutions naturelles.
  • Le Human Care est une division contribuant à améliorer la santé humaine.

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 119 M€ au 31 décembre 2016. Il est implanté dans 24 pays et distribue ses produits dans plus de 100 pays avec des croissances attendues sur tous les continents.

La Commission permanente du Conseil régional du Grand Est de ce vendredi 27 janvier 2017, placée sous la présidence de Philippe Richert, a attribué plus de 3,7 M€ pour soutenir près de 190 dossiers économiques ou innovants.

 

Soutenir le développement des entreprises

Pour accompagner le développement économique et l’innovation et contribuer à créer ou à maintenir des emplois, la Région attribue des aides à plusieurs entreprises du Grand Est, parmi lesquelles :

– une subvention de 200 000 € permettra d’accompagner les investissements matériels de la société Distill Tourb Innov, spécialisée dans la production et la transformation de céréales, à Lepange-sur-Vologne (88), avec un projet de création de 5 emplois,

– le traiteur Marcotullio Réception France, à Maxéville (54), se voit attribuer une aide de près de 160 000 € pour la mise en place d’un nouveau laboratoire de production et la création de 10 emplois,

– la start-up HOCARO (Home Care Robotics), installée dans la pépinière d’entreprise de l’ENSAM, à Châlons-en-Champagne (51), bénéficie d’un prêt à taux zéro de 70 000 € dans le cadre d’un contrat développement-emploi, avec 10 embauches prévues en trois ans, et d’une aide à la constitution d’équipe et à la structuration de leur projet innovant (Programme start- up) de 88 750 €. Hocaro est l’une des rares entreprises en France à développer des applications sur des robots semi-humanoïdes français, afin de venir en aide aux personnes âgées et/ou handicapées en maisons de retraite ou instituts,

– le bureau d’études et d’ingénierie SAS Global Engineering Systems, à Altkirch (68), est accompagné à hauteur de plus de 73 000 € pour le recrutement de 9 personnes, dans le cadre d’un programme de diversification de son activité,

– une subvention de 50 000 € permettra d’accompagner la société JACO SA, spécialisée dans les emballages en plastique, à Kirchheim (67), qui souhaite investir dans un outil permettant d’améliorer sa technicité.

– l’entreprise Q Emotion bénéficie d’une aide 21 000 € pour l’accompagner dans la constitution de son équipe dédiée au projet innovant (Programme start-up) : cette entreprise installée à la Technopole de l’Aube, à Rosières-près-Troyes (10), développe un algorithme d’analyse sémantique capable de décrypter les émotions exprimées par les clients, permettant aux entreprises de mieux connaître la perception d’un produit ou d’un service,

– 11 entreprises bénéficieront de diagnostics de performance industrielle dans le cadre du plan régional « usine du futur » dans le Grand Est, diagnostics qui sont entièrement pris en charge par la Région.

 

Accompagner l’export

Conseil à l’export, prospection dans les salons professionnels internationaux ou recrutement spécifique, les aides régionales en faveur des PME et TPE dans le développement à l’international représentent une enveloppe de près de 202 000 € pour 34 projets.

 

Aider la création et la reprise d’entreprises

Pour soutenir le maintien d’emploi dans le cadre de la reprise et de la création d’entreprises, la Région a voté une enveloppe globale de plus de 769 000 € correspondant à 122 emplois repris ou créés au total. On peut citer notamment :

– 300 000 € attribués à 4 entreprises champardennaises, dont la SARL ADM Finance, à Witrey- les-Reims (51), soutenue par un prêt à taux zéro de 150 000 € pour le rachat des parts sociales de la Société d’Equipement et de Rénovation, permettant le maintien de 20 emplois,

– 108 000 € d’aides régionales qui viennent directement en appui à 4 reprises d’entreprises industrielles et artisanales de Lorraine, permettant de maintenir 31 emplois et d’en créer 5 ; en outre, 36 000 € sont affectés à l’aide à la création de 3 entreprises nouvelles, contribuant ainsi à la création de 9 emplois,

– 8 projets de création d’entreprises artisanales en Alsace bénéficient de subventions d’un montant global de plus de 76 000 €, notamment ISO Est, spécialisée dans l’isolation de combles, à Sélestat  (67),  qui  se  voit  attribuer  25  000  €,  permettant  le  recrutement  de 5 salariés ; par ailleurs, dans le cadre du dispositif GRACE, 3 entreprises alsaciennes sont soutenues à hauteur de 12 900 € au total pour le recrutement de 3 personnes.

 

Promouvoir l’Economie Sociale et Solidaire (ESS)

En accompagnant le secteur de l’ESS, la Région contribue à des emplois durables et non-délocalisables :

– 4 associations situées en Alsace bénéficient d’une aide à la création ou à la pérennisation d’emploi, pour un montant total de 55 000 € 15 000 € pour l’association Nouvel Envol, à Illkirch, pour la création d’un poste d’éducatrice sportive, 15 000 € pour le Comité Départemental du Bas-Rhin, à Strasbourg, pour le recrutement d’une secrétaire, 15 000 € pour l’association Pelpass & Cie, à Strasbourg, pour la pérennisation d’un poste de responsable administratif, et 10 000 € pour l’association Taekwondo Sipjin, à Strasbourg, pour la création d’un poste d’éducateur sportif,

– pour un montant global de plus de 22 000 €, la Région contribue à la création d’entreprises avec 12 micro-projets, dans le cadre de son partenariat avec l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE),

– une subvention de 8 000 € est attribuée à l’association AV.lab pour l’organisation de la Mini Maker Faire, du 26 au 28 mai prochains, à Strasbourg. Cette manifestation réunira des amateurs passionnés de création ainsi que des professionnels du numérique et des experts en économie. L’objectif est de permettre au public de mieux comprendre les enjeux du numérique.